• Rencontres

  • Rappel

  • Plan Quinquennal

  • III AG JMV 2010

  • Guestbook


    Adriane Santos
    mar., 24 avril 2012, 08:59:01 -0400
    Olá! Bom dia aos Jovens Marianos, espalhados pelo ...

    Víctor
    lun., 16 avril 2012, 08:15:32 -0400
    Hola gente del Internacional. Les pedimos que nos ...

    Carlos Guzman Rep. Dom
    jeu., 19 janv. 2012, 18:59:37 -0500
    Saludos herman@s de JMV, desde Rep. Dom. Les desea...

    Nicole
    ven., 13 janv. 2012, 09:21:34 -0500
    Mis queridos jóvenes de la JMV, un abrazo apretado...

    Vitalina
    lun., 26 déc. 2011, 20:57:12 -0500
    Hello! You have a very informative site! And here'...

  • Don

  • FANS de JMV Internacional

Francis Regis Clet

FRANCIS REGIS CLET

Francisco Regis Clet, qui est mort en Chine avec 119 Bienheureux et Martyres, a été canonisé le  1 octobre de l´Année Jubilaire 2000.
Naissance et vie de la Congrégation
Regis Clet, est né à Grenoble, en France, le 19 août 1748. À 21 ans, il est rentré dans la Congrégation de la Mission (Pères Lazaristes). Il est ordonné Prêtre en 1773. Pendant 15 ans il a travaillé comme professeur de Théologie dans le Séminaire d´Annecy. Il était admiré pour sa bonté, sa culture ; on lui appelait la « bibliothèque vivante ». En 1788, il est nommé Directeur de Novices à la Maison Mère, à Paris. Un an plus tard a commencé la Révolution Française. Il a été obligé de sortir de France, donc il a demandé d´aller aux Missions, en Chine.
Travail de missionnaire et le martyre.
Pendant 30 ans, il a évangélisé avec beaucoup d´enthousiasme, les provinces de Kiong-Si, Hou-Pe et Ho-nan. Une persécution très violente, l´a obligé à fuir de sa pauvre maison. Il a été trahi par un chrétien, en échange de 30 pièces. Il a été soumis à beaucoup de brimades, de souffrances, qu´il a supporté sans se plaindre.
Il a été condamné à mourir étranglé. Attaché sur une croix, la sentence du 18 février 1820, est menée à terme. 50 ans plus tard, on a apporté ses reliques à la Maison Mère à Paris, où on les garde actuellement, à coté des reliques de son confrère missionnaire Saint Juan Gabriel Perboyre, martyrisé en Chine 10 ans plus tard et canonisé avec quatre ans d´avance.
L´héritage missionnaire et vincentien.
L´esprit missionnaire de Saint Francisco Regis Clet, fait parti de l´héritage missionnaire de Saint Vincent. Son modèle était Saint Francisco Javier. Saint Vincent, a voulu aller en Chine. Il n´a pas pu le faire, mais il a exhorté ses missionnaires  à y aller.
Les premiers missionnaires lazaristes, sont y arrivés après le décret de la Tolérance de 1692. Tâche fondamentale : ouvrir un Séminaire pour la formation du clergé native. La suppression de la Compagnie de Jésus en 1773 a été la deuxième chance pour l´arrivée des missionnaires lazaristes en Chine, en 1785, en suivant les pas des jésuites. Il y en avait un qui écrivait : « Nos successeurs, les pères lazaristes, sont des hommes d´honneur, leurs vertus, leurs dons,  sont exceptionnels. Nous habitons ensemble, comme de frères, c´est difficile à dire si les lazaristes vivent comme les jésuites ou si les jésuites vivent comme les lazaristes ».
De brèves notes historiques
La Révolution Française, a supprimé la Congrégation des Lazaristes en France (1789). Ils ont gagné les missions en Chine. Les fils de Saint Vincent, ont fondé plusieurs séminaires diocésains et un noviciat pour la Congrégation, qui avait 20 prêtres et deux frères natives.
En 1811, l´Empereur a jeté de Pekin tous les prêtres catholiques, sauf trois pères lazaristes. On a permis à d´autres rester dans les provinces, à condition de s´abstenir d´exercer n´importe quel apostolat.
Saint Francisco Regis Clet, Saint Juan Gabriel Perboyre et d´autres camarades de mission, représentaient pour la Famille Vincentienne le témoignage héroïque de son esprit missionnaire et de son grand amour au peuple chinois. En suivant leurs pas, un grand numéro de missionnaires lazaristes, sont arrivés en Chine d´Hollande, de la Belgique, de Pologne, de l´Italie, des États Unis et d´Irlande, le long du XIX siècle et au début du XX siècle.
Au début de la république en Chine, 1911, la Congrégation de la Mission, avait un Petit Séminaire dans la plupart des 14 vicariats, et trois Grands Séminaires. 260 étudiants de Théologie et 875 petits séminaristes. 675 ont été ordonnés prêtres, dont 450 ont été des membres de la Congrégation de la Mission. Une fois établie la hiérarchie chinoise en 1946, plusieurs évêques étaient lazaristes et d´autres avaient été formés dans leurs séminaires.
Avec l´établissement de la République populaire la situation de l´Église en Chine s´est perturbée. Les missionnaires étrangers, accusés d´être des ennemies du peuple, ont été expulsés.(1949-52).
Les lazaristes chinois, plus de 150, sont restés clandestinement en Chine. Il fallait s´atteindre qu´on saurait pas grand chose d´eux ; mais le minimum pour pouvoir assurer qu´ils sont restés fidèles à sa vocation  malgré toutes les difficultés.
Actuellement
Près de 50 pères lazaristes sont aujourd´hui à Taiwan, et  en plus, une douzaine ont sa résidence en Chine Continentale. Encore une fois, « le sang des martyrs devient la graine des chrétiennes »
Espérons que le « patron des moissons », grâce à tous les intercesseurs, 119 martyrs et notre confrère SAINT FRANCISCO REGIS CLET, favorise l´ouverture de la Chine à la vérité de Jésus.
P. Fernando Espiago, C.M.

R. Clet

Francisco Regis Clet, qui est mort en Chine avec 119 Bienheureux et Martyres, a été canonisé le  1 octobre de l´Année Jubilaire 2000.
Naissance et vie de la Congrégation
Regis Clet, est né à Grenoble, en France, le 19 août 1748. À 21 ans, il est rentré dans la Congrégation de la Mission (Pères Lazaristes). Il est ordonné Prêtre en 1773. Pendant 15 ans il a travaillé comme professeur de Théologie dans le Séminaire d´Annecy. Il était admiré pour sa bonté, sa culture ; on lui appelait la « bibliothèque vivante ». En 1788, il est nommé Directeur de Novices à la Maison Mère, à Paris. Un an plus tard a commencé la Révolution Française. Il a été obligé de sortir de France, donc il a demandé d´aller aux Missions, en Chine.
Travail de missionnaire et le martyre.
Pendant 30 ans, il a évangélisé avec beaucoup d´enthousiasme, les provinces de Kiong-Si, Hou-Pe et Ho-nan. Une persécution très violente, l´a obligé à fuir de sa pauvre maison. Il a été trahi par un chrétien, en échange de 30 pièces. Il a été soumis à beaucoup de brimades, de souffrances, qu´il a supporté sans se plaindre.
Il a été condamné à mourir étranglé. Attaché sur une croix, la sentence du 18 février 1820, est menée à terme. 50 ans plus tard, on a apporté ses reliques à la Maison Mère à Paris, où on les garde actuellement, à coté des reliques de son confrère missionnaire Saint Juan Gabriel Perboyre, martyrisé en Chine 10 ans plus tard et canonisé avec quatre ans d´avance.
L´héritage missionnaire et vincentien.
L´esprit missionnaire de Saint Francisco Regis Clet, fait parti de l´héritage missionnaire de Saint Vincent. Son modèle était Saint Francisco Javier. Saint Vincent, a voulu aller en Chine. Il n´a pas pu le faire, mais il a exhorté ses missionnaires  à y aller.
Les premiers missionnaires lazaristes, sont y arrivés après le décret de la Tolérance de 1692. Tâche fondamentale : ouvrir un Séminaire pour la formation du clergé native. La suppression de la Compagnie de Jésus en 1773 a été la deuxième chance pour l´arrivée des missionnaires lazaristes en Chine, en 1785, en suivant les pas des jésuites. Il y en avait un qui écrivait : « Nos successeurs, les pères lazaristes, sont des hommes d´honneur, leurs vertus, leurs dons,  sont exceptionnels. Nous habitons ensemble, comme de frères, c´est difficile à dire si les lazaristes vivent comme les jésuites ou si les jésuites vivent comme les lazaristes ».
De brèves notes historiques
La Révolution Française, a supprimé la Congrégation des Lazaristes en France (1789). Ils ont gagné les missions en Chine. Les fils de Saint Vincent, ont fondé plusieurs séminaires diocésains et un noviciat pour la Congrégation, qui avait 20 prêtres et deux frères natives.
En 1811, l´Empereur a jeté de Pekin tous les prêtres catholiques, sauf trois pères lazaristes. On a permis à d´autres rester dans les provinces, à condition de s´abstenir d´exercer n´importe quel apostolat.
Saint Francisco Regis Clet, Saint Juan Gabriel Perboyre et d´autres camarades de mission, représentaient pour la Famille Vincentienne le témoignage héroïque de son esprit missionnaire et de son grand amour au peuple chinois. En suivant leurs pas, un grand numéro de missionnaires lazaristes, sont arrivés en Chine d´Hollande, de la Belgique, de Pologne, de l´Italie, des États Unis et d´Irlande, le long du XIX siècle et au début du XX siècle.
Au début de la république en Chine, 1911, la Congrégation de la Mission, avait un Petit Séminaire dans la plupart des 14 vicariats, et trois Grands Séminaires. 260 étudiants de Théologie et 875 petits séminaristes. 675 ont été ordonnés prêtres, dont 450 ont été des membres de la Congrégation de la Mission. Une fois établie la hiérarchie chinoise en 1946, plusieurs évêques étaient lazaristes et d´autres avaient été formés dans leurs séminaires.
Avec l´établissement de la République populaire la situation de l´Église en Chine s´est perturbée. Les missionnaires étrangers, accusés d´être des ennemies du peuple, ont été expulsés.(1949-52).
Les lazaristes chinois, plus de 150, sont restés clandestinement en Chine. Il fallait s´atteindre qu´on saurait pas grand chose d´eux ; mais le minimum pour pouvoir assurer qu´ils sont restés fidèles à sa vocation  malgré toutes les difficultés.
Actuellement
Près de 50 pères lazaristes sont aujourd´hui à Taiwan, et  en plus, une douzaine ont sa résidence en Chine Continentale. Encore une fois, « le sang des martyrs devient la graine des chrétiennes »
Espérons que le « patron des moissons », grâce à tous les intercesseurs, 119 martyrs et notre confrère SAINT FRANCISCO REGIS CLET, favorise l´ouverture de la Chine à la vérité de Jésus.
P. Fernando Espiago, C.M.
  • EJV + JMJ 2011-2013

  • Social Network

  • Questions au P. Irving

  • Groupe du Mois

  • Abonnez-vous

    Souscris-toi à notre bulletin.

  • Twitter Feeds